AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Ludmila Pagliero

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Copito
Grand photographe
Grand photographe


Nombre de messages : 241
Date d'inscription : 15/05/2006

MessageSujet: Ludmila Pagliero   Dim 1 Oct - 13:53




Copito
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macha
Photographe débutant
Photographe débutant


Nombre de messages : 186
Date d'inscription : 21/05/2006

MessageSujet: Re: Ludmila Pagliero   Dim 1 Oct - 19:25

Je ne la connaissais pas... elle danse où? Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurélie
Photographe débutant
Photographe débutant


Nombre de messages : 108
Age : 31
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 24/05/2006

MessageSujet: Re: Ludmila Pagliero   Lun 2 Oct - 9:59

C'est une quadrille du ballet de l'Opéra. (je crois)


Laura Hecquet, Claire Gandolfi, Sophie Parcen, Ludmila Pagliero
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macha
Photographe débutant
Photographe débutant


Nombre de messages : 186
Date d'inscription : 21/05/2006

MessageSujet: Re: Ludmila Pagliero   Mar 3 Oct - 13:18

Ah ok merci!!! Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macha
Photographe débutant
Photographe débutant


Nombre de messages : 186
Date d'inscription : 21/05/2006

MessageSujet: Re: Ludmila Pagliero   Mar 3 Oct - 13:22

Trouvée dans le topic sur les quadrilles de l'Opéra Mrgreen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Copito
Grand photographe
Grand photographe


Nombre de messages : 241
Date d'inscription : 15/05/2006

MessageSujet: Re: Ludmila Pagliero   Mar 3 Oct - 17:09

J'ai usé un traducteur. Il y a des mots du texte que je ne sais pas traduire.


Citation :
Ludmila Pagliero

Une Argentine Dans Le Ballet De l'Opéra De Paris.


Ludmila Pagliero, 22 ans, est né a Palermo, une ville du Buenos Aires, la fille d'un électricien dont elle a hérité une autodiscipline surprenante et d'une maîtresse de maison qui a certainement appuyé ses décisions, est l'une des rares exceptions dans ce corps de ballet composé de 150 danseurs.

Palerme-París-China-El le Monde

À peu, de revenir de la tournée de la compagnie complète en Chine, Pagliero, qui est danseuse stable dans le catalogue, a eu une entrevue avec le chroniqueur de balletin dansez dans un bar proche du célèbre Palais Garnier du centre de la capitale française.
"Voyager avec l'Opéra me fascine. La Chine a été très bonne, nous agissons à Pékin et Shangai avec la Suite dans Blanc, Danseur de boléro et Giselle", a déclaré la jouvencelle à travers de ses yeux irrités qui accusaient une fatigue incluse dans son "jour un franc".

Parce que, en plus de travailler quotidiennement dans l'Opéra, Ludmila prépare des habits de fête près de quelques amis. À la fin d'un octobre il s'est présenté à Milan avec un programme qu'Adagietto d'Oscar Araiz a inclus. Le même mois elle a dansé Diamants du ballet Joyaux de George Balanchine dans Garnier. Dans proches mois elle dansera au Lac des Cygnes avant les vacances d'hiver.
"J'ai entré au Teatro Colon à 11 ans après avoir fait six mois de danses classiques. Je voulais danser, mais le ballet me semblait ennuyeux, par cela ma maman m'a porté à une étude de danse un jazz dans le quartier quand elle était très une fille", la danseuse s'est éveillée.

La maîtresse de cette école a identifié tout de suite les fonctionnalités de talent et l'indujo que l'on présentait à une audition dans le Colon. "Ainsi les choses ont été données, ma course de danses a été un peu marquée par le hasard", elle a plaisanté. Ludmila se reconnaît très travailleur et un possesseur de la "une discipline qui est en partie mon caractère et en partie l'hérédité de mon papa qui est très systématique dans ses choses".
Le temps l'a amené à aimer la danse classique. Dans l'école du Colon elle a été jusqu'à la sixième année quand elle a commencé à réaliser des renforts dans la compagnie stable durant la direction du Colombien Ricardo Bustamante.

Ludmila finissait d'accomplir 16 ans quand Bustamante a abandonné sa charge et il s'est déplacé à l'autre côté des Andes. Nommé un directeur du Ballet de Santiago de Chile, Bustamante a convoqué Pagliero qui passerait les trois années suivantes dans les files du catalogue trasandino.
"Ricardo Bustamante m'a appris ce qui est la vie d'un artiste, m'a donné des possibilités à l'intérieur de la compagnie, malgré le fait que peut-être elle n'avait pas toujours de droit de le faire. Cela m'a gagné la méfiance d'uns gens, mais j'avais dans un espace que si trabajás tous les jours depuis 9 heures du matin à 10 heures de la nuit ne peuvent rien te reprocher".
Par an et je m'interpose l'argentine a été promue à un soliste et dans la moitié de la troisième année elle a décidé d'éprouver un sort à l'étranger.

La fortune a mis à son chemin un danseur français , Bernard Courteau. C'était qui l'a encouragée à qu'elle annonçait dans le Ballet International Competition de New York en 2003. César Morales,l'ex-étoile du Ballet de Santiago, s'est partenaire avec Pagliero. Le résultat a été prémonitoire. Il s'est levé avec médaille d'or et elle avec médaille en argent et en contrat pour travailler avec l'American Ballet Theatre (ABT) pendant un an.

Mais nouvellement une idée est venue à l'esprit à son ami Courteau. "En étant à New York toujours Bernard m'a appelé pour moi dire qu'il y avait un concours dans l'Opéra de Paris. J'ai pensé que j'étais une folie, elle savait que c'était impossible. Mais il m'a dit qu'il allait être à Paris dans cette époque et qu'il me recevrait dans sa maison".

Elle ne l'a pas pensé, Ludmila avait un argent économe et un avion a été pris pour être certains jours dans la capitale française. "Je suis parti à Paris en pensant que cela pouvait être l'opportunité unique dans ma vie de connaître l'Opéra. Je vais marcher sur l'Opéra de Paris et vais être là au moins un jour, je me suis dit", elle a dit entre des rires.

Dans la ville de la Tour Eiffel rien n'est sorti comme elle aurait dû. Après être arrivé il s'est heurté avec la rigueur de la ville à trois jours de son examen. Toutes les études de danse étaient fermées, ellene connaissait pas la variation du pas de trois du Lac des Cygnes le qu'elle eu à interprété, et style qu'il lui demanderaient.

"Bernard a obtenu qu'une de ses amies de l'Opéra m'expliquât la version. Elle m'a montré 15 minutes dans la porte du Théâtre mais il n'y a pas eu de manière dont ils me permettaient de commencer à répéter. Le lundi nous obtenons que Laetitia Pujol (étoile de l'Opéra) m'expliquât d'autres 15 minutes, maintenant si, dans l'une des salles du Théâtre".

L'artiste n'avait rien que perdre, elle a pensé, "personne ne me connaissait en France et avait le contrat avec l'ABT. Elle avait à être tranquille et profiter de cela. Elle allait réaliser mon rêve d'être dans l'Opéra de Paris au moins un jour".

L'argentine est entrée à l'audition et a dansé. Le résultat a consisté en ce qu'elle est restée cinquième dans la sélection. Les deux premières ont obtenu des contrats de durée "indéterminée" cela est, des emplois stables. Ils convoqueraient les autres au cas où ils auront besoin d'eux. La argentine est revenue au Chile pour terminer sa saison et après au Buenos Aires à se préparer à faire le visa de travail pour travailler dans l'ABT.

"Des minutes, avant de sortir pour l'ambassade des États-Unis, j'ai reçu appelé de l'Opéra de Paris. Ils m'offraient un contrat par trois mois et Ludmila avait à l'accepter ou à le repousser dans le même moment. À une main elleavait une offre de trois mois avec l'Opéra, dans l'autre un contrat par un an dans l'ABT et le visa de travail par 10 ans aux États-Unis".

C'était un septembre 2003 et la danseuse s'est décidée par la France. Un mois après elle était dans la ville des lumières en travaillant dans le montage d'Iván Terrible.

Les commencements

Ludmila a pris un an pour entendre la logique domestique, pour incorporer la "école française" avant d'être composé. "Ce qui m'a aidé consiste en ce que, après ne pas pouvoir parler la langue, les gens ne me s'approchaient pas et j'ai eu le temps de voir quel c'est le maniement que les personnes du théâtre ont. J'ai été observatrice. J'ai pris un an, en demandant, en travaillant avec gens de la compagnie" Ludmila a expliqué.
La période initiale de trois mois a gagné sur le reste de l'année. Alors elle a dû recommencer à passer une audition dans celle qui a semblé la deuxième. En juin 2004, finalement, ils l'ont composée comme danseuse stable.

"Dans le Colon l'une apprend différentes écoles, cela te donne la possibilité de t'adapter et de changer, d'être fil électrique. Par cela il y a tant d'argentins par tous côtés. En France il est très difficile de les tirer de son style", Elle a souligné.

Un autre élément qui l'a amplement favorisé a été l'expérience au Chile. "Elle avait eu l'opportunité de sentir ce qui est d'être en face d'un corps de danse en interprétant des rôles principaux, devant un public qui t'évalue. Dans l'Opéra de Paris tout est très lent. Pour monter d'une catégorie il faut passer un examen toutes les années. Les opportunités sont très peu nombreuses. Je me rends elle raconte que dans ma vie j'ai dansé beaucoup plus qu'une fille qu'elle est dans la même position que moi dans le ballet", a affirmé Pagliero.

Depuis son atterrissage dans la terre qui a vu naître le ballet non tout a été facile. "J'ai eu des moments de bassons terribles. Je suis arrivé à passer cinq mois sans danser. Quand volvés elle t'a peur, ta confiance diminue, et comenzás, à repenser tout," elle a reconnu.

Cependant, la patience vainc ses fruits dans l'institution gauloise et récemment ils lui ont accordé un rôle important, l'une des fées du prologue dans La Belle au Dormant. "Les autres reemplazantes ont été lésés et l'unique qui restait j'étais, une extranéité et récemment arrivée. Ils m'ont finalement donné un spectacle, ce qui est très rare. C'est une petite chose, mais qui est pour ceux-ci très important".

Peu de temps avant terminer son café, et revenir au théâtre pour assister à l'étrenne de Calígula, dans la création de son collège Nicolas Le Riche, qui fait ses premiers pas dans la chorégraphie, Ludmila a spéculé à propos de l'avenir.

"Revenir au Buenos Aires est dans les plans, mais non pour l'instant. Ce qui m'intéresserait faire quand j'ai laissé la scène c'est d'être essayiste avec le corps de danse. C'est quelque chose qui m'intrigue", Elle a conclu.

http://www.balletindance.com.ar/2005/ludmila_pagliero.htm

Photos de Haruyo





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ludmila Pagliero   Aujourd'hui à 14:34

Revenir en haut Aller en bas
 
Ludmila Pagliero
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ludmila Mikaël
» Ludmila Petrouchevskaïa
» Le Blog de Ludmila Tchérina.
» ludmila avant ses maladies ?
» [VENTE] Pullip Ludmila custo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les plus belles photos du Web !!! :: Danseurs célèbres :: Danseuses-
Sauter vers: